Journée Scientifique SFR Santé et Société : Retour sur les projets financés

dimanche, février 03, 2019

Présentation des projets "ALGEVOX" et "Des bancs pour les aînés", 21 février 2019, 14h à 17h

Salle A06, Bâtiment BSHM de l'Université Grenoble Alpes

Présentation de deux projets de recherche :

  • Projet ALGEVOX (ALzheimer GEstes VOiX) - Troubles du langage verbal et non-verbal dans la maladie d'Alzheimer : effets d'ateliers en voix chantée"
  • Projet "Des bancs pour les aînés" : exploration d'un objet médiateur du "bien vieillir"

Inscription


Programme

14h00 / Accueil

14h30 - 15h30 /Projet ALGEVOX (ALzheimer GEstes VOiX)  - Troubles du langage verbal et non-verbal dans la maladie d'Alzheimer : effets d'ateliers en voix chantée

Diane Caussade, Docteur en Sciences du langage - Laboratoire Gipsa-Lab
 
projet algevoxL’objectif de cette recherche est de permettre d’évaluer les capacités langagières verbales (parole) et non-verbales (gestes manuels) de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de les comparer aux capacités langagières de personnes au vieillissement dit ‘normal’, ainsi que d’étudier l’effet d’ateliers en voix chantée sur leur évolution.

Les résultats montrent des différences significatives entre les participants atteints de la maladie d’Alzheimer et ceux au vieillissement dit ‘normal’, aussi bien au niveau du langage verbal que non-verbal, notamment en fonction du degré de la maladie. De plus, cette recherche a mis en évidence un  impact  positif  des  ateliers  en  voix  chantée  sur  les  capacités  de répétition des gestes manuels des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ces résultats pourraient permettre de davantage prendre en compte les capacités langagières non-verbales dans le diagnostic clinique de la maladie d’Alzheimer, mais aussi dans la remédiation du langage.

 

15h45 - 16h45 /Projet "Des bancs pour les aînés" : exploration d'un objet médiateur du "bien vieillir"

projet des bancs bien vieillir

Thibauld Moulaert, Laboratoire PACTE, Nicolas Vuillerme, Laboratoire AGEIS

Depuis 2007, l'Organisation Mondiale de la Santé promeut des méthodes participatives et intersectorielles en faveur des « villes et communautés amies des aînés » (VADA). Ces villes viseraient à assurer un « vieillissement actif et en santé », qui correspondrait en partie aux approches du « bien vieillir » en France.

Si la recherche qui accompagne cette initiative insiste sur les questions que soulève la participation sociale des aînés au cœur de ces dispositifs, notamment en termes « d'invisibles de la participation », nous proposons de nous arrêter sur un élément récurrent et apparu dès le lancement de la démarche. En effet, la promotion de l’installation de « bancs pour les aînés » ne cesse d’être observée à travers le monde comme une solution concrète et visible. Trois questions complémentaires suscitent notre intérêt : Que signifie-t-elle au juste ? En quoi ces bancs peuvent-ils participer au « bien vieillir » ? Peut-on concevoir ces bancs comme des objets médiateurs de celui-ci, c’est-à-dire comme des dispositifs socio-techniques qui  concrétisent cette manière d'envisager le vieillissement ?

A partir d'une première exploration menée via des documents de présentation de l'approche VADA, des travaux de recherche au sujet des bancs, ainsi que des observations ethnographiques conduites dans la Région Rhône Alpes, notamment, et avec le soutien de la SFR Santé et Société et des étudiants de la licence professionnelle en gérontologie (IUT2, UGA), nous proposerons de discuter l'hypothèse du banc comme outil de médiation à la croisée d'une pluralité de représentations de l'espace public et du rapport des aînés à cet espace. In fine, il s’agira de se questionner sur le sens que peut prendre « la place des vieux » dans l'espace public.